vendredi 8 novembre 2013

Suivre votre démon pour votre bien-être

Je suis tombé il y a quelques semaines sur un papier de psychologie positive qui contenait une citation de Camus. À l'occasion de son 100ème anniversaire (et quelques jours de retard) je vous en fais profiter.

« Il arrive que les décors s'écroulent. Lever, tramway, quatre heures de bureau ou d'usine, repas, tramway, quatre heures de travail, repas, sommeil et lundi mardi mercredi jeudi vendredi et samedi sur le même rythme, cette route se suit aisément la plupart du temps. Un jour seulement, le « pourquoi » s'élève et tout commence dans cette lassitude teintée d'écœurement »
                                                                                 Camus, Le Mythe de Sisyphe


La question abordée dans ce papier n'est pas nouvelle car elle remonte au moins aux philosophes grecs, et sans doute aux origines de l'humanité : qu'est ce qui fait qu'une vie vaut la peine d'être vécue ?

Selon les auteurs de l'article, l'authenticité est source de sens. Ils explorent ensuite quels sont les facteurs favorisant le leadership authentique.

Haro sur l'hédonisme, place à l'eudémonisme

Le bonheur se limite-t-il à la maximisation des plaisir et la minimisation de la douleur ? Si vous pensez que oui, alors vous êtes un pur hédoniste. Je vous invite à évaluer votre niveau de bonheur hédoniste grâce à cette échelle.

Si vous n'êtes pas satisfait de votre score, vous n'avez pas forcément raté votre vie selon Aristote et les humanistes qui l'ont suivi. Si vous parvenez à échapper au tapis roulant hédonistique, il existe le concept de bien-être eudémonique : le fait de vivre d'une manière qui vous fasse exister en tant que vous-mêmes, dans des activités qui vous correspondent, afin de vous épanouir. Le sens réside alors dans la réalisation de soi, la maximisation de son potentiel, quel qu'il soit.

Mise en pratique de l'eudémonisme par le leadership authentique

Le leadership authentique fait donc la part belle à l'eudémonisme, tant en ce qui concerne le développement du leader que celui de ses followers.

Les auteurs identifient quatre pistes pour favoriser le leadership authentique :
  • la prise de conscience de soi-même : la connaissance et la confiance en ses caractéristiques, ses valeurs, ses motivations, ses émotions et ses façons de penser. Mieux se connaître c'est mieux s'accepter, être plus autonome, entretenir de meilleures relations avec les autres et avoir plus de chances de connaître le flow (un état d'immersion total dans ses activités).
  • le traitement de l'information non biaisé : ne pas dénier, déformer ou ignorer ses connaissances et ses expériences internes ou externes, qu'elles soient positives ou négatives. Les personnes ayant un traitement de l'information non biaisé seront plus en mesure de bénéficier de feedback et ainsi de trouver des challenges qui seront à la hauteur de leurs capacités, ce qui est un préalable au flow.
  • les actions et le comportement authentique : c'est agir en accord avec soi-même (ses valeurs, ses préférences, ses besoins). L'inverse est de se conformer aux désirs et aux attentes des autres. Agir en accord avec soi-même permet encore une fois le flow, mais aussi d'avoir une estime de soi plus importante, et d'être plus expressif en tant que leader.
  • les relations authentiques : c'est créer et entretenir des relations ouvertes et vraies. En renforçant l'intimité, on renforce la confiance. La confiance est source de relations positives. Elle permet de bénéficier de feedback honnête, ce qui rend possible un meilleur apprentissage et de plus grandes possibilités de développement.


Ceci-dit, si vous avez peur d'oublier l'un de ces points, ne retenez qu'une chose : l'eudémonisme, c'est avant tout suivre son démon... qui du temps des grecs n'était pas forcément maléfique !