vendredi 11 janvier 2013

La psychologie est-elle vraiment une science ?

La doxa voit la psychologie comme une branche de la magie noire : s'appuyant sur la pensée des grands maîtres, les psychologues utilisent des pouvoirs occultes pour sonder les profondeurs de l’âme et identifier les causes sous-jacentes des problèmes de leurs patients. À de grands pouvoirs, de grandes responsabilités, la psychologie est par conséquent dangereuse et réservée aux initiés.

Bien qu'elle soit caricaturale, cette vision des choses n'est pas tout à fait fausse. Ce courant de psychologie a d'ailleurs un nom : la psychanalyse.

Un court résumé de l'histoire de la psychologie

L'histoire de la psychologie remonte aux philosophes Grecs. À l'époque, elle est une branche de la philosophie. Elle est avant tout empirique et les théories de l'époque ne s'appuient pas sur des expériences scientifiques. Des médecins comme Hypocrate font toutefois des observations pertinentes, notamment en ce qui concerne les tempéraments et la personnalité.

Au IXème siècle naissent les neurosciences qui s'appuient elles sur une approche expérimentale avec l'étude du système nerveux. On découvre alors notamment les neurones.

Les neurosciences peinent toutefois à faire le lien entre les phénomènes observés au niveau physique dans le cerveau et les comportements. La résolution est trop haute pour en tirer des conclusions pratiques.

Au XXème siècle, deux grands courants s'enfoncent donc dans la brèche :

  • La psychanalyse : une exploration de l'inconscient principalement par la parole. On cherche a étudier l'historique de chaque patient pour identifier les causes de leurs problèmes. Le traitement se faisant au cas par cas, la psychanalyse ne s'appuie donc pas sur approche expérimentale avec des expériences reproductibles.
  • Le béhaviorisme : l'étude des comportements basé sur une approche expérimentale. Le cerveau est considéré comme une boite noire. Seules les entrées et les sorties comptent. On va chercher à prédire les comportements en fonction des stimuli que le sujet reçoit. Pavlov est un des membres du courant béhavioriste célèbre pour ses expériences de conditionnement.

Dans les années 1950 la psychologie cognitive tente de réconcilier les approches des neurosciences et du béhaviorisme en s’intéressant non pas uniquement aux comportements mais aussi au fonctionnement interne du cerveau.

Une science : des explications testables et prédictives

Vous remarquerez dans le paragraphe précédent que je mentionne beaucoup les mots "expérience" et "expérimental". Il s'agit là de la clé du débat : une discipline est considérée comme une science si elle s'appuie sur des explications et des prédictions testables. Pas d'expériences reproductibles, pas de science.

Les neurosciences, le béhaviourisme et la psychologie cognitive sont des sciences (malgré leurs limites respectives). La psychanalyse n'en n'est pas une (malgré ses potentielles qualités thérapeutiques).

Les apports de la psychologie aux autres sciences

Qui dit expérience dit mesure. Par conséquent, il existe une branche de la psychologie qui y est dédiée : la psychométrie.
La psychométrie est une discipline qui vise à mesurer les caractéristiques psychologiques d'une personne en s'appuyant notamment sur des techniques statistiques. La psychométrie a souvent été à la pointe de la statistique. Par exemple, l'analyse factorielle bien connue du marketing et de la biologie est issue de la psychologie, notamment des travaux de Charles Spearman.

Le domaine de la psychométrie est complexe car les données psychométriques sont bruitées. Par exemple, on ne peut pas directement mesurer la personnalité. On peut la déduire à partir d'observation externes. Mais entre l'observation et le fondement physiologique, les sources d'erreur sont nombreuses. De plus les causes et les effets sont rarement mutuellement indépendants. Les psychométriciens travaillent donc à modéliser ces phénomènes pour vérifier la validité d'hypothèses théoriques sur la base de données expérimentales.

L'influence des méthodes issues de la psychologie sur les autres sciences est un indice fort de la qualité scientifique de la discipline.



En conclusion, la psychologie moderne est bien une science mais cela ne veut pas dire que tous les psychologues sont des scientifiques. Et cela ne veut pas dire que les théories de la psychologie moderne seront vraies de manière perpétuelle, comme c'est d'ailleurs le cas pour toutes les sciences. Si votre ambition est scientifique, appuyez-vous sur le réel, faites preuve de rigueur et doutez de tout, y compris des grands maîtres.