lundi 16 avril 2012

5 singes, des bananes et la douche d'eau froide

Pour les besoins d'une expérience portant sur la culture organisationnelle, un groupe de scientifiques placèrent cinq singes dans une cage. Au milieu de la cage se trouvait une échelle en haut de laquelle se trouvaient des bananes.
À chaque fois qu'un singe montait à l’échelle, les chercheurs arrosaient les singes restants d'eau froide. Ainsi, après un temps d'adaptation, à chaque fois qu'un singe faisait mine de monter l’échelle, les autres le frappaient. En conséquence, plus aucun singe n'osa aller chercher les bananes.
Les chercheurs remplacèrent un des singes par un nouveau singe. Dès que celui-ci tenta de monter à l’échelle il fut battu et apprit à ne pas le faire. Lorsque les scientifiques remplacèrent un autre des anciens singes par un nouveau, ce dernier participa d'ailleurs à la distribution de coups.
Au final, tous les anciens singes furent remplacés. Et les chercheurs purent constater qu'une culture s'était instaurée : aucun des nouveaux singes n'osait monter à l’échelle.

http://www.slideshare.net/shaldag/a-story-about-5-monkeys


Un mythe
En fait l'expérience ne s'est jamais déroulée. Les premiers à la mentionner furent C. K. Prahalad et Gary Hamel dans un livre de business mais où la source n'est pas mentionnée.
Un utilisateur de Stackechange dit avoir tenté de vérifier la source, sans succès car Prahalad est décédé et Hamel se montre évasif.

Toutefois, je me demande si, ironiquement, ceux qui ont imaginé l'expérience n'ont pas réussi à démontrer leur point. Après tout, nous continuons à propager le mythe alors que ses deux auteurs ont disparu.


Pour en revenir aux singes, voici l'avis d'un anthropologue sur la question : si vous avez des bananes sur poteau, alors vous perdrez vos bananes.

jeudi 5 avril 2012

La persévérance est la principale qualité des entrepreneurs qui réussissent


En matière de succès entreprenarial, la personnalité compte plus que l'expérience de startup... mais pas comme l'on s'y attend. 
C'est la conclusion de l'étude de Mark A. Ciavarella et ses collègues dans laquelle ils ont cherché à déterminer les meilleurs prédicteurs de réussite d'une startup.
Pour cela, les chercheurs se sont focalisés sur deux critères de réussite : la survie à 8 ans de l'entreprise et la durée totale de vie de l'entreprise.

Après avoir recueilli la personnalité de 111 entrepreneurs selon le modèle des Big Five, ils ont établi des croisements avec leur succès durant leur carrière professionnelle.

Sans surprise, le trait de personnalité le plus important de la survie à 8 ans et de la durée de vie totale de l'entreprise est le trait Conscience du Big Five. C'est à dire que plus vous travaillez dur et plus vous êtes persévérant, plus vos chances du succès augmentent.

Plus surprenant, le trait Ouverture à l'expérience est négativement corrélé avec la survie de l'entreprise à long terme. Ainsi, les personnes susceptibles d'innover, de saisir les opportunités et de modifier leur stratégies ont moins de chances que les autres de réussir, surtout après les quatre premières années.

Finalement, contrairement à ce que l'on pourrait s'attendre être coopératif et faire confiance n'influe pas sur vos chances du succès. De même, la stabilité émotionnelle et l'extraversion n'ont pas d'effet.

La personnalité, un meilleur prédicteur que l'expérience entreprenariale ?
D'après l'étude, les traits de personnalité Conscience et Ouverture à l'expérience (négative) sont de meilleurs prédicteurs de réussite que le secteur de l'entreprise, l'expérience entrepreneriale, l'âge et le sexe de l'entrepreneur. Ils se situent au même niveau que la connaissance par l'entrepreneur de son secteur d'activité.

Donc pour réussir en tant qu'entrepreneur, choisissez un secteur d'activité que vous connaissez, travaillez dur et soyez un peu borné.