lundi 6 août 2012

La personnalité a-t-elle aussi son facteur g ?

En matière de mesure de la personnalité, le modèle des Big Five fait consensus depuis les années 1990. Il représente la personnalité selon cinq traits centraux : Ouverture à l'expérience, Caractère consciencieux, Extraversion, Agréabilité et Névrosisme.

Pourquoi pas deux traits au lieu de cinq ?

Malgré la popularité du Big Five, les recherches continuent afin de déterminer si la répartition en cinq traits est optimale. Il a été proposé des modèles allant de 6 à 2 traits centraux.
Une alternative fréquemment mise en avant est un modèle à deux traits :
  • Plasticité, regroupant Ouverture à l'expérience et Extraversion
  • Stabilité, regroupant Caractère consciencieux, Agréabilité et Stabilité émotionnelle (faible Névrosisme)
En étudiant les corrélations entre les traits du Big Five, des chercheurs ont mis en évidence la présence d'un facteur supérieur : le Facteur Général de Personnalité qui représente la tendance de certains individus à s'évaluer de manière positive (c'est à dire avec une haute plasticité et une haute stabilité).

Le Facteur Général de Personnalité : erreur de mesure ou trait de personnalité à part entière ?

Le facteur général de personnalité est-il tout simplement une erreur de mesure qui se manifeste chez les individus voulant se faire bien voir ? Il semblerait que non car, même s'il est corrélé avec la désirabilité sociale et l'estime de soi, il persiste après leur correction.
Plus qu'un biais d'évaluation, il apparaît donc que le facteur fait partie des différences individuelles au même titre qu'un trait de personnalité. Il semble d'ailleurs stable à travers le temps. De plus, une étude a montré que le facteur était héréditaire.
Toutefois, les corrélations avec la désirabilité sociale sont troublantes et l'on ne le retrouve pas ce facteur chez nos cousins les chimpanzés ou autres primates. La communauté scientifique n'a pas donc pas atteint de consensus définitif sur le sujet.

Que prédit le Facteur Général de Personnalité ?

Erreur de mesure ou trait de personnalité, finalement cela importe peu tant que cela est prédictif non ? Le Facteur Général de Personnalité prédit en effet la performance du salarié telle qu'elle est évaluée par son superviseur. Il prédit aussi les chances d'abandon de programmes d'entraînement militaires.

Finalement, pour le comparer à son équivalent dans le domaine de l'intelligence, le Facteur Général de Personnalité est faiblement corrélé (0.23) au facteur g - le facteur d'intelligence générale.