mardi 7 juin 2011

Ce qui change lorsque nous vieillissons - Partie 2

Dans une première partie, j'ai décrit les changements qui s’opèrent lorsque nous vieillissons, au niveau de nos capacités cognitives, de notre personnalité et de nos intérêts professionnels.
Dans cette deuxième partie, je vais exposer l'influence de ces changements sur notre motivation au travail.

Motivation : la théorie des attentes
La théorie des attentes de Vroom a été publiée en 1964. On peut la résumer par la formule suivante :

Effort = P(Performance|Effort) × P(Récompense|Performance) × Utilité(Récompense)
  • P(Performance|Effort) : perception de la probabilité d'atteindre un niveau de performance pour l'effort fourni
  • P(Récompense|Performance) : perception de la probabilité d'obtenir une récompense pour le niveau de performance atteint
  • Utilité(Récompense) : utilité de la récompense obtenue
Nous allons voir que ces éléments varient selon nos capacités cognitives, notre personnalité et les activités que nous exerçons.


Influence de l'évolution des capacités cognitives avec l'age
Certains métiers font d'avantage appel à l'intelligence fluide (mathématiciens, contrôleurs aériens...) alors que d'autres font d'avantage appel à l'intelligence cristallisée (avocats, comptables...).
Faire appel à l'intelligence fluide demande plus d'efforts que de faire appel à l'intelligence cristallisée. De surcroît, l'effort requis pour atteindre un même niveau de performance s'accentue avec l'âge car l'on perd en intelligence fluide en vieillissant.

Les techniques managériales destinées à accroître la motivation des seniors sont ainsi moins efficaces que celles destinées à accroître la motivation des juniors. De plus, les formations, qui font appel à l'intelligence fluide, sont d'avantage efficaces chez les juniors que chez les seniors.

La solution la plus efficace pour les seniors est donc d'anticiper suffisamment tôt l'évolution de leurs capacités cognitives afin de se réorienter vers des métiers qui font fortement appel à l'intelligence cristallisée. Ils pourront ainsi valoriser leur expérience et maintenir leur performance à effort constant.

Influence de l'évolution de la personnalité avec l'age
Lorsque nous vieillissons, avec l'évolution de notre personnalité, l'utilité des récompenses extrinsèques (salaires, promotions) diminue pour privilégier les récompenses intrinsèques (affirmation de notre identité et de nos valeurs, protection de la conception de soi).

L'augmentation de l'effort étant synonyme de stress, les seniors, qui privilégient d'avantage les émotions positives que les juniors auront sans doute d'autres priorités.

Conclusion
Afin de conserver notre motivation lorsque nous vieillissons, il faut anticiper. Il est nécessaire de se réorienter vers des métiers faisant appel à notre intelligence cristallisée alors que nous disposons de suffisamment d'intelligence fluide pour fournir les efforts nécessaires à cette transition.
Ensuite, il faut comprendre comment nos priorités de vie ont évolué afin de mieux les intégrer dans nos activités au quotidien. Comme par exemple partager notre expérience en devenant le mentor de quelques juniors ?