samedi 15 janvier 2011

Rationalité : pas chez les humains

Les humains ne sont pas rationnels et cela est prouvé par une expérience relativement simple : le jeu de l'ultimatum.
Une partie se déroule de la façon suivante : il existe une somme d'argent à partager entre deux joueurs. Le premier joueur fait une offre de répartition, par exemple 55% pour lui, 45% pour le second joueur. Ensuite le deuxième joueur choisit d'accepter ou de refuser l'offre. Si il accepte, alors la somme est répartie comme convenu entre les deux joueurs. Si il refuse, alors aucun des joueurs ne reçoit d'argent.
La logique voudrait que quelque soit la proposition du premier joueur (excepté 100% pour lui, 0% pour l'autre), le deuxième joueur accepte l'offre. En effet, mieux vaut 1% que rien du tout.
Pourtant, quand on réalise l'expérience, les offres inférieures à 20% sont souvent rejetées (le taux de rejet dépend des cultures). Les résultats sont similaires lorsque les joueurs sont anonymes.

Préférer punir un inconnu pour son comportement injuste plutôt que de maximiser son gain, voici un comportement certainement irrationnel.


En revanche, les chimpanzés sont parfaitement rationnels et ne se laissent pas piéger au jeu de l'ultimatum. Quelque soit l'offre faite, elle est acceptée.


Le propre de l'humain est-il de préférer l'égalité à la rationalité ? Peut être est-il sage de le garder en tête au moment de définir une stratégie de rémunération au sein d'une entreprise.